Actualités – Page 5 – CPCR – Collectif des parties civiles pour le Rwanda
Accueil / Actualités (page 5)

Actualités

mai, 2018

  • 18 mai

    Procès en appel Ngenzi/Barahira Jeudi 17 mai 2008 J7

    Audition de M. André GUICHAOUA, professeur (2de partie). Interrogatoire de CV de Octavien NGENZI.

  • 16 mai

    Procès en appel de Ngenzi et Barahira. Mercredi 16 mai 2018. J6

    Audition de M. André GUICHAOUA, professeur (1re partie).

  • 15 mai

    Procès en appel Ngenzi/Barahira. Journée du 15 mai 2018. J5

    Suivant la longueur de leur nez, les Rwandais étaient classés comme Hutu ou Tutsi

    Auditions de M. AUDOIN-ROUZEAU, professeur d’Université et directeur de recherches, Mme Hélène DUMAS, chargée de recherches au CNRS, M. Alvaro MOLEYRO, connaissance de captivité de NGENZI et M. Joseph MATATA, pensionné, s’occupe des droits de l’Homme.

  • 14 mai

    Procès en appel Ngenzi/Barahira. Journée du 14 mai 2018. J4

    Carte d'identité "ethnique" : la mention Tutsi figure sous la photo.

    Audition de madame Anne FOUCHARD, chargée de la récolte d'informations pour MSF, citée par le CPCR.

  • 5 mai

    Procès en appel NGENZI/BARAHIRA. Vendredi 4 mai 2018. J3

    Intervention du Dr FINELTAIN, médecin légiste. Audition de M. Philippe OUDY, psychologue. Interrogatoire de CV de Tito BARAHIRA.

  • 3 mai

    Procès en appel NGENZI/BARAHIRA: jeudi 3 mai 2018. J2

    Madame la Présidente commence par annoncer que le juré titulaire N°1 a fait savoir qu’il ne participerait plus au procès pour des raisons professionnelles. L’avocat général demande que lui soit infligée une amende de 1500 euros. La Cour, après en avoir délibéré, ordonne que le premier juré supplémentaire prenne place comme juré N°1. Elle confirme la sanction financière demandée par monsieur BERNARDO. Quelques informations données par madame la Présidente. Monsieur GUICHAOUA, cité par le Parquet, essaiera finalement de se présenter devant la Cour. Monsieur REYNTJENS a fini également par accepter de venir, alors qu’il avait menacé de ne pas prêter …

  • 2 mai

    Procès en appel NGENZI/BARAHIRA. Mercredi 2 mai 2018. J1

    C’est à 10h25 que l’audience est déclarée ouverte par la madame la Présidente de la Cour d’assises qui demande à ce que les accusés entrent dans la salle. Les quatre interprètes sont alors invités à prêter serment. Les accusés, chacun leur tour, déclinent leur identité. Occasion pour madame la Présidente de rappeler que Tite BARAHIRA, incarcéré à Fresnes, vient de faire 5 ans, 1 mois et 21 jours de préventive. Quant à Octavien NGENZI, il en est à 7 ans et 11 mois de prison à Fleury-Mérogis. A noter, pour répondre à ceux qui s’étonnent d’une si longue détention, que …

avril, 2018

  • 26 avril

    Assises de Paris: procès en appel d’Octavien NGENZI et Tito BARAHIRA du 2 mai au 6 juillet

    Au Palais de justice de Paris, sur l'Île de la Cité... Espérons que ce procès puisse se dérouler dans la sérénité et la dignité.

  • 20 avril

    Judi REVER repasse les plats: des “preuves” qui ne prouvent évidemment rien!

    Note préliminaire Transcription d’une interview de la journaliste canadienne  mise en ligne sur le site de Jean-Marie Vianney NDAGIJIMANA, bien connu en France dans le landerneau des négationnistes. Cette interview met en lumière les approximations de cette pseudo journaliste d’investigation. Elle fait feu de tout bois de témoins que la diaspora négationniste a soigneusement pris soin de sélectionner et de lui mettre entre les mains. C’est toujours dans la période des commémorations que fleurit ce genre de “littérature”. Judi REVER se prend toutefois les pieds dans le tapis!   PRESENTATION Judi Rever : « Les preuves auprès du TPIR et devant la …

  • 6 avril

    Philippe HATEGEKIMANA arrêté au Cameroun: cherchait-il à fuir la justice française?

    Selon l’AFP, monsieur Philippe HATEGEKIMANA, BIGUMA, alias , Philippe MANIER depuis sa naturalisation, et habitant de Mordelles, près de Rennes, aurait été arrêté au Cameroun. Le CPCR avait déposé une plainte contre lui en juin 2015 et une instruction judiciaire avait été ouverte trois mois plus tard. N’est-il pas étonnant qu’une personne poursuivie pour génocide ait pu aussi facilement quitter le pays qui l’avait accueilli, jusqu’à lui donner la nationalité française? Cherchait-il à fuir la justice française? Dans ce cas, ce serait un formidable aveu de culpabilité. Un mandat d’arrêt international a été lancé contre lui: espérons qu’il soit rapidement …