A ne pas manquer

Procès Claude MUHAYIMANA: lundi 29 novembre. J6


Audition de monsieur Aaron KABOGORA, témoin cité par le CPCR, habitant de Bisesero.

« Ce que j’ai à dire à la justice, c’est au sujet de ce qui m’est arrivé en 1994, ainsi qu’à ma famille et à mes voisins ». Aaron KABOGORA se veut le représentant, non seulement des siens mais aussi de tous les Abasesero, les habitants de Bisesero.

Le témoin situe le génocide de 1994 dans la droite ligne des massacres qui se sont perpétrés depuis 1959. En 1994, il s’agissait « de mettre en pratique l’extermination de tous les Tutsi, sans en épargner aucun. » « Aujourd’hui, je voudrais demander à la justice de s’occuper de l’injustice que nous avons subie ».

Aaron a perdu tous les membres de sa famille: femme, 10 enfants… environ 80 personnes. Seuls son frère et lui-même ont échappé aux massacres. Le plus gros des massacres s’est déroulé les 13 et 14 mai 1994. Militaires et Interahamwe [1] venus en bus, en voitures ont participé aux massacres.

Beaucoup de chauffeurs ont transporté militaires et miliciens. Claude MUHAYIMANA faisait partie de ceux-là, dans sa Daihtsu bleue. Il a transporté les tueurs et a tué lui aussi. Le témoin le connaissait d’avant le génocide. Aaron KABOGORA le reconnaît: «  J’allais à Kibuye, il avait un véhicule de couleur rouge avant 1994″.

Pour se défendre, ils ont utilisé des bâtons, des pierres, des lances. Des Tutsi étaient venus d’ailleurs pour se liguer avec ceux de Bisesero.

Le témoin est amené à raconter comment il a survécu.  » Personne ne m’a secouru. On m’a tiré dessus. Je me suis caché dans un trou au milieu des buissons. Quand les Français sont arrivés, nous sommes sortis de nos cachettes. Mais ils sont repartis en nous disant qu’ils reviendraient dans trois jours. Les Interahamwe ont redoublé d’ardeur. Quand les Français sont revenus, 1/3 des rescapés avaient été tués. » Lui-même a été blessé d’une balle dans les fesses. Alors que certains rescapés étaient transférés au camp de Nyarushishi, lui-même est resté à Bisesero jusqu’à sa remise aux soldats du FPR. Et Aaron d’ajouter:  » Tous ceux qui ont joué un rôle dans ce génocide devraient verser des dommages et intérêts.. Espérons que la justice nous soit rendue. »

A la question du ministère public concernant l’attitude de MUHAYIMANA, le témoin répond: «  Il n’avait pas peur. »

Et d’ajouter, sur questions de la défense: « Après le 8 avril, nous avons pensé que la guerre était finie. Nous sommes retournés dans nos champs. Mais lorsque le président SINDIKUBWABO et le premier ministre Jean KABANDA sont venus à Kibuye le 5 mai, les massacres n’ont pas tardé à reprendre. Ils étaient venus participer à une réunion pour préparer les futurs massacres. »
Cachées dans des tranchées qu’ils avaient creusées, sa femme et ses enfants, et beaucoup d’autres ont été tués à Bisesero entre le 13 mai et la fin juin. « Nous avons résisté, mais quand ils avaient le dessus, on fuyait » conclut-il [2].

 

Audition de madame Assumpta NYIRARIBANJE, témoin cité par les parties civiles, d’après le pouvoir discrétionnaire du président.

Réfugiée à l’église de Kibuye avec les siens, les rescapés ont décidé de résister et de se défendre. Les hommes forts et les jeunes gens se sont mis à l’entrée de l’église, les femmes et les filles leur fournissant des pierres. Les assaillants se sont retirés mais ils sont revenus le dimanche 17 avril. Comme des barrières avaient été érigées près du Rond-point, les rescapés ne pouvaient fuir qu’en passant à travers les buissons.

Comme l’église était proche d’un camp militaire, les assaillants ont vu arriver le renfort des gendarmes et de miliciens venus d’ailleurs. Les hommes du front exterminés, les tueurs sont venus dans l’église pour les faire sortir. Ils ne voulaient pas tuer dans la maison de Dieu. Personne ne voulant sortir, les Interahamwe [3] ont brisé les vitraux et ont jeté des branches enflammées par les fenêtres. Des pneus enflammés devant les portes empêchaient les gens de fuir. Ceux qui réussissaient à quitter l’église étaient tués. tout comme ceux qui sont restés à l’intérieur.

 » Dieu a voulu que je fasse partie des rescapés pour pouvoir témoigner devant vous » ajoute le témoin. « Dehors, je me suis couchée parmi les cadavres, je me suis barbouillée de sang pour faire croire que j’étais morte. Parmi les tueurs, il y avait des femmes. »

Assumpta est la seule rescapée de sa famille, « seule à porter le fardeau du génocide ». Toute la famille de son père a été exterminée. Les femmes étaient dénudées, machetées. Les enfants jetés contre les murs. Certains enfants promettaient de ne plus jamais être Tutsi!

Assumpta est restée parmi les cadavres du 17 au 20 avril mais pour ne pas être jetée vivante dans les fosses communes, elle a pris la décision de repartir vers Nyamishaba où on lui demande d’ensevelir les morts en pleine décomposition. Elle reconnaît deux de ses cousins. Les tueurs se moquaient d’une femme machetée aux jambes et déshabillée.

«  D’avril à juillet, j’ai vécu dans la brousse, sans habit, sans pouvoir me laver. Nous avons été orphelins très jeunes, personne pour s’occuper de nous. Nous sommes terriblement seuls si bien que pour les mariages, nous devons aller emprunter des parents. Et quand nos enfants nous interrogent pour savoir où sont grand-père et grand-mère, nous ne savons que répondre. De plus, nous ne savons pas où se trouvent les corps des nôtres ». Ainsi se termine la déposition spontanée du témoin.

Sur questions des parties, Assumpta précise que les tueurs étaient transportés dans des bus de l’ONATRACOM, société de transport, ou dans des voitures qui partaient à Bisesero. Elle n’a pas vu Claude MUHAYIMANA mais elle a vu les voitures qui partaient à Bisesero dans lesquelles les miliciens chantaient: « Exterminons-les ».

Elle a été sauvée par les militaires de la Zone Turquoise.

 

Audition de monsieur Jean Berckmans HITIMANA, témoin cité par les parties civiles, sur pouvoir discrétionnaire du président.

Le témoin se présente comme seul survivant d’une grande famille. Voyant les maisons brûler, il interroge les plus âgés de la colline qui lui disent que c’était déjà comme cela en 1973 et avant. Mais cette fois-ci, il s’agissait d’exterminer les Tutsi. Chaque jour, les assaillants attaquaient la colline de Gitwa, faisant beaucoup de victimes. Ces attaquants, militaires, gendarmes, Interahamwe [4], venaient de partout, à bord de véhicules. Les rescapés tentaient de les ralentir en détruisant les petits « ponts » sur la route. Le témoin ne connaissait pas Claude MUHAYIMANA mais en entendait parler.

C’est son « frère », cousin germain en fait,  Aloys MASAMAZA, tailleur à Kibuye, qui lui signale la présence de l’accusé au volant d’un des camions. Ce jour-là, les assaillants n’ont pas pu arriver jusques vers les rescapés. Ceux qui connaissaient Claude MUHAYIMANA ont confirmé sa présence.

Pour le témoin, il y a deux jours inoubliables. Le jour de la mort d’un gendarme suivie d’une attaque d’envergure qui causera beaucoup de morts. Et puis le 26 avril où les gens de la colline furent exterminés. Ceux qui le pouvaient sont partis se réfugier ailleurs, les assaillants ayant mis le feu aux maisons au toit de chaume.

Ce jour-là, ils ont tué GASAMAZA et on transporté son corps jusqu’à Kibuye: il fallait prouver qu’il était bien mort. Et c’est en apprenant beaucoup plus tard l’arrestation de l’accusé que le témoin a cherché comment faire pour qu’il soit jugé. Il a cherché un avocat.

Sur questions du président, le témoin précise qu’il était le plus jeune d’une famille de 7 enfants et que sa maison se situait à 6/7 kilomètres de Kibuye, maison qui a été pillée. Il ajoute que le gendarme est mort tout prêt de la colline de Gitwa.

S’en suivra une longue discussion entre les parties pour situer GItwa (en réalité, deux lieux se nomment Gitwa, ce qui peut semer la confusion). Le témoin souligne que les conséquences du génocide se font sentir jusqu’à nos jours. A son mariage, il n’y avait personne de sa famille. C’est le lot de beaucoup de rescapés.

Sur demande du ministère public, le témoin ne peut pas fixer la date exacte de la mort du gendarme MWAFRICA. Il est amené à préciser que ce jour-là il y a bien deux attaques, que ses blessures sont plus morales que physiques.

Maître MATHE, pour la défense: « Je vais essayer de dire ce que j’ai compris. » Mais elle ne comprend pas les explications. Elle s’élève contre ces témoins qui arrivent au dernier moment, sans avoir été entendus lors de l’instruction.

Question de monsieur le président à l’accusé: « Connaissez-vous Aloys MASAMAZA? » Claude MUHAYIMANA finira par reconnaître qu’un certain Aloys exerçait le métier de tailleur à Kibuye, près de TRAFIPRO. Il ne sait pas s’il s’agit du même Aloys.

 

Audition de monsieur Edmond MUGAMBIRA, témoin cité par les parties civiles, sur pouvoir discrétionnaire du président.

Le témoin apprend la mort du président HABYARIMANA, alors qu’il gardait les vaches. De retour à la maison, il trouve que tout le monde panique. Ordre a été donné à la radio de rester chez soi. Ils ont fui avec le bétail sur la colline de Gitwa. Ils trouvent là beaucoup de Tutsi venus d’ailleurs. Attaqués par les miliciens, ils se sont organisés pour résister: les plus forts sont restés devant pour protéger les femmes et les enfants.

Le témoin évoque à son tour la mort d’un gendarme lors d’une attaque sur la colline de Gitwa. Les rescapés se défendent avec des pierres et des lances. Il y aura beaucoup de morts ce jour-là. Vers 15 heures, des véhicules sont arrivés pour récupérer le corps du gendarme. Les rescapés ont enterré leurs morts.

Le témoin situe cette attaque entre 10 et 20 jours avant l’attaque finale du 26 avril!

Edmond RUGAMBIRA se réfugie chez un Hutu prénommé Mathias mais doit grimper dans un avocatier pour se cacher. Il y trouve quatre autres Tutsi réfugiés là, dont une jeune fille qui lui cèdera sa machette. Pendant ce temps, son oncle maternel se fait tuer et dépouiller sous ses yeux. Les assaillants supplient ceux qui sont dans l’arbre de descendre. La jeune fille obéit et est tuée dès son arrivée au pied de l’arbre. Un autre tombe et se fait tuer, tandis qu’un troisième réussit à s’enfuir. Les assaillants finiront pas couper l’arbre et le témoin pourra s’enfuir à son tour.

De retour sur la colline de Gitwa, il décide, avec d’autres, de rejoindre BIsesero pendant la nuit. Le 13 mai, les assaillants attaquent de nouveau et les rescapés s’éparpillent. Nouvelles attaques le 14, qui se poursuivront jusqu’à fin juin, avec moins d’intensité toutefois. En fait, jusqu’à l’arrivée des soldats français qui ne viendront les secourir que trois jours plus tard. Entre temps, les tueurs ont continué leur « travail ». Le 1er juillet, les survivants seront secourus et remis au FPR.

Monsieur le président tente de résumer l’itinéraire du témoin. Il le questionne sur la composition de sa famille. Edmond est le 3ème de neuf enfants qui avaient de 20 à 2 ans. Il reste seul! Le témoin ne peut pas dire quel véhicule il a vu le jour de la mort du gendarme: « Je ne sais plus. On pensait mourir le lendemain. » Il ne connaissait pas MUHAYIMANA.

Après avoir évoqué ses blessures aux dents, à la main, au bras, à l’épaule, le témoin va expliquer la tactique qu’ils utilisaient pour se défendre en se « mélangeant » aux attaquants.

 

Alain GAUTHIER

   [ + ]

1. Interahamwe : « Ceux qui combattent ensemble » ou « qui s’entendent », mouvement de jeunesse et milice recevant une formation militaire, créé en 1992 par le MRND, le parti du président HABYARIMANA. Voir FOCUS – Les Interahamwe.
2. Lire également le compte rendu de l’AFP dans la revue de presse
3, 4. Ibid.

Lire aussi

Cour d’assises confirmée pour l’ex-gendarme Philippe MANIER

Selon un communiqué de l’AFP [1], Philippe HATEGEKIMANA, MANIER depuis sa naturalisation, aura bien à …